top of page

Tempo

Suite à un constat d’impuissance dans leurs structures face à certaines situations présentes dans leur environnement territorial, différentes associations se sont concertées, afin de créer un projet qui permettrait aux usagers les plus marginalisés et en grande précarité de pouvoir «habiter» (au sens large du terme) un logement et ainsi, s’insérer dans une vie adaptée. La Moisson, l’ASBL Solaix et le CPAS de Bastogne, ont ouvert, en mars 2021, un service appelé «TEMPO». En effet, les structures n’arrivaient plus à répondre aux besoins des personnes les plus marginalisées, vivants dans une situation de grande précarité. Elles rencontraient des problématiques multifactorielles qui semblaient insurmontables tant ces personnes sont «déconstruites, déstructurées, et en souffrance». La problématique «sans domicile / assuétudes» est récurrente et en augmentation sur le territoire de la ville de Bastogne. Le projet a débuté en mars 2021 et actuellement, 4 personnes ont été hébergées.

Les adolescents de la rue

Empreinte

Le projet parentalité de Solaix, qui a débuté en 2013, a été renforcé par les subsides «Get up Wallonia» d’une sage-femme. Public-cible : Parent(s) ou futur(s) parent(s) souffrant(s) d’assuétudes – enfant(s) et proche(s) de parents dépendants.

Objectifs:

  • Offrir un accompagnement adapté et renforcé aux parents et futurs parents consommateurs abusifs.

  • Prévenir les situations à risque.

  • Créer, maintenir et renforcer le lien parent(s) – enfant(s) et favoriser des relations harmonieuses entre les parents et les enfants qui vivent en famille ou en dehors du cercle familial.

  • Permettre le maintien des droits parentaux.

  • Soutenir et encourager la parentalité en remettant les parents au centre des interventions.

  • Contribuer à améliorer l’accès aux soins et à assurer leur continuité tout en favorisant la compréhension du(es) parent(s).

  • Améliorer la coordination entre les services et les familles.

  • Tendre à supprimer les stéréotypes.

Famille heureuse

Projets Partenariaux 2022 :

Projets Partenariaux 2023 :

SAT
Salut A Toi

Des maraudes à pied sont organisées dans les rues de Virton afin d'aller à la rencontre des personnes en difficultés notamment en vue de :

- répondre à des besoins primaires (nourriture, couverture, etc.) et aux premiers soins;

- informer, orienter, accompagner le public cible vers les services appropriés;

- créer un lien de confiance afin de faciliter l'émergence d'une demande auprès des usagers qui ne sont plus en capacité de le faire;

- accompagner la personne en ayant une approche globale de sa situation en travaillant avec le réseau;

- permettre la réduction des risques en donnant de l'information ou en orientant vers les services spécialisés;

- pouvoir agir en tant que médiateur/ressource avec les riverains, commerçants ou autres qui se trouvent face à des personnes en détresse;

- participer à la récolte de données de terrain pour permettre une meilleure compréhension du phénomène de précarité.

Capture d'écran 2024-01-15 122240.png

Mamans solos / Miriam

Le Projet Miriam réunit pendant une année scolaire un petit groupe de femmes monoparentales Le projet est gratuit et se déroule à Marche. Il consiste en un accompagnement individuel (2 rdv/mois) et collectif (2 X 4h/mois). Ce projet se déroule sur base volontaire et ne soumet la maman à aucune obligation, sauf celle de respecter son engagement à participer au projet toute l'année.

Les objectifs de ce projet:
- soulager les mamans solos qui subissent une énorme charge mentale au quotidien;
- soutenir leurs projets personnels, l'activation de leurs droits;
- créer un réseau bienveillant d'entraide entre mamans solos.

Ce qu'on y fait :
- moments conviviaux d'échanges et de partage, pour rompre l'isolement;
- rendez-vous individuel pour cibler les objectifs personnels, coacher, écouter chaque personne;
- ateliers courts, rencontres avec des professionnels, divertissement.

Famille heureuse

Pause Toit

Face à la précarité, les migrants s'engagent

Les migrants s’engagent dans la lutte contre la précarité en mettant en œuvre des actions d’atténuation, notamment la mise sur pied d’une garantie locative, des discriminations dont sont victimes les réfugiés pour l’accès au logement. Ces actions sont couplées avec l’organisation d’événements interculturels de sensibilisation pour la lutte contre le racisme, qui contribue à ces discriminations, afin d’établir un dialogue constructif entre les personnes d’origine étrangère et les citoyens belges. Une attention particulière sera réservée aux familles nombreuses et aux familles monoparentales.

L’objectif général du projet est d’aider les migrants, bénéficiaires de la protection internationale, ainsi que toutes autres personnes se trouvant dans les conditions similaires, à trouver rapidement un logement adapté à leurs besoins. L’objectif ultime de l’Asbl BNSCO, à travers le Fonds de Garantie Locative, est de construire une communauté solidaire des contributeurs et des bénéficiaires afin de combattre la précarité, promouvoir l’égalité des chances et lutter contre les discriminations dans l’accès au logement.

 

Les activités se regroupent dans les composantes suivantes :

  1. Opérationnaliser le Fonds BNSCO de Garantie Locative.

  2. Concevoir et mettre en place un système évolutif de mobilisation continue des contributions financières au Fonds BNSCO de Garantie Locative.

  3. Elaborer et mettre en œuvre un plan de communication claire et précis.

  4. Mettre en place un programme de suivi-évaluation.

  5. Mobiliser l’expertise requise pour la mise en œuvre des actions planifiées.

logo-bnsco.png

Mise en place d'un lieu où chacun pourra se "poser/pauser" et déposer ses difficultés. Prendre un temps pour soi, venir chercher un soutien, un moment de sécurité, un moment de détente, de repos. Mettre sa condition de sans-abri sur "pause", sans jugement et sans pression.

 

Pour cela :

Création d'un endroit où l'accompagnement est plus informel et individualisé que dans les services publics comme les cpas, les asbl…, où les contraintes d'honoraires et de formalités ne correspondent pas aux modes de vie de personnes en rue.

Le personnel encadrant apporte un soutien aux démarches entreprises par l'usager dans les services classiques, ainsi qu'un relais entre la personne et les institutions.

Apporter une réponse aux personnes ressources qui viennent en aide de manière ponctuelle aux personnes sans-abri. Et développer un réseau.

Facilité la structure en développant, une méthode adaptée au public en rue.

Développer la dimension communautaire et participative du projet afin de tendre vers plus d'autonomie tout en développant le réseau personnel.

bottom of page